Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

«NOUS NE SAVONS PAS PRIER COMME IL FAUT MAIS...»

Rm 8,26.

 

Elle a occupé une place tellement importante et joué un rôle hautement prophétique dans l'histoire de l'Eglise et de ses divisions qu'à plus d'un titre, elle est devenue l'une des épîtres les plus scrutées par les exégètes. En effet, l’épître aux Romains d'où est tiré le verset qui au cœur de notre méditation, a la particularité d'avoir été écrite par Saint Paul et adressée à une communauté qu'il n'a pas fondée lui-même: la communauté ecclésiale de Rome. Le sujet principal de son épître est résumé dès les débuts du premier chapitre: «Je n'ai pas honte de l'Evangile: il est puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit. » déclare l'apôtre des Nations. Car dans cet Evangile est révélée la justice de Dieu par la foi et en vue de la foi. (Rm1, 16-17)

Cette thématique, saint Paul en déploie brillamment les contours et les conséquences tour à tour sur la question préoccupante de la liberté de l'homme face au mal et au péché qu'il ne désire pas toujours mais qu'il commet tout de même, (Rm 7,13-25) Sur le thème de l'amour sans condition de Dieu qui nous sauve. Or, si «nous sommes sauvés, c’est en espérance,» explique saint Paul. (Rm8, 24) Mais voir ce qu'on espère n'est plus espérer: ce que l'on voit comment l'espérer encore? Mais espérer ce que nous ne voyons pas, c’est l'attendre avec persévérance. » (Rm24, 25)

C'est ici qu'il faut situer le contexte scripturaire de l'affirmation de Saint Paul. Voici la citation complète. «De même, l’Esprit aussi vient en aide à notre faiblesse, car nous ne savons pas prier comme il faut; mais l'Esprit lui-même intercède pour nous en des gémissements inexprimables.» Rm8, 26

Le premier élément que Saint Paul reconnaît dans cette affirmation c'est notre difficulté à prier. C'est à la fois un lieu commun et une honnêteté de le dire. Et pourtant c'est aussi un motif de découragement et de tiédeur spirituelle chez plus d'un. Or Dieu n'aime pas les tièdes comme le dit l'Apocalypse. (Ap3, 15) Plus encore c'est une cause de lassitude dans la recherche de Dieu. Il nous est donc bon d'entendre le grand Apôtre des Nations, Saint Paul, lui-même le reconnaître: «nous ne savons pas prier comme il faut.»

Le deuxième élément que pointe ce verset, correspond à ce qu'on pourrait appeler la résolution de cette difficulté : Le secours de l'Esprit Saint et le recours à Lui. Car il connaît notre faiblesse et vient en aide à celles et ceux qui n'en peuvent plus sur le chemin spirituel.

Enfin le troisième aspect que nous trouvons lumineux d'enseignement, dans ce passage c'est surtout ce qui est dit en filigrane de la nécessité d'apprendre à prier.

Cette dernière approche rejoint la demande même des Apôtres à l'adresse de Jésus lorsqu'ils lui disent un jour: «Seigneur apprends-nous à prier comme Jean l'a appris à ses disciples. » (Luc 11,1) La prière est donc une initiation qui dépasse la seule et unique improvisation à moins que celle-ci provienne de Celui-là même qui habite en nos cœurs, L’Esprit de Dieu, Très Pur Amour. Nous ne savons pas prier aussi longtemps que nous ne le reconnaissons pas. Mais une fois que nous discernons notre manque, notre faiblesse, nous pouvons ouvrir à Dieu les portes de nos âmes. Car il est écrit: «Voici que je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et m'ouvre la porte, j'entrerai chez lui pour m'asseoir.et je prendrai la cène avec lui et lui avec moi.» (Ap3, 20) Cet accueil du Seigneur au plus secret de soi-même (Mt6, 6) et cette célébration de la communion intime constituent le pas que chacun peut faire dans la découverte de la prière. Dans cette aventure, nous sommes soutenus par l'Esprit Saint. Plus encore Saint Paul nous révèle que la prière c'est l'œuvre de l'Esprit. Quoi de plus logique ?

Puisque la prière est avant tout un dialogue intérieur, une communication spirituelle avec Dieu, l'Esprit Saint vient traduire à nos âmes le langage et le murmure de Dieu, ses intentions les plus profondes. Car il sonde les profondeurs de Dieu. RM 8,27

Puisque la prière est aussi une vive prise de conscience de notre identité mystérieuse de fils et filles de Dieu, c’est encore « l'Esprit Saint qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.»: Il est l'Esprit de libération et d'adoption. (Rm 8,1-17)

Puisque parfois la prière est un cri vers le Très Haut pour nous-mêmes et en faveur de tous les autres. Qui mieux que l'Esprit Saint peut comprendre et défendre notre cause ? Il est le « Paraklétos», le Paraclet c'est-à-dire le Protecteur, le Défenseur. (Jn15, 26)

Puisque la prière est consécration et don de soi à Dieu notre Créateur. Il est logique que L'Esprit Saint soit associé ineffablement à cet acte : Il est le Don par excellence que Jésus glorifié accorde à l'Humanité entière. (Jn14, 15-26)

Après une telle lecture des différentes dimensions de la parole de Saint Paul, il est évident que la prière véritable et efficace est un acte de foi, un geste de confiance dans l'Esprit saint. Car il nous harmonise, pour ainsi dire, avec Dieu comme un musicien virtuose. Parce qu'il est doté de savoir et d'intuition pour affecter à chaque note la destinée et la destination qui la mettront au diapason, à la hauteur et la dimension de toute l'harmonie qui s'écrit.

Ce Savoir suprême relève de l'Esprit Saint puisqu'il est Celui qui nous enseigne et nous renseigne véritablement et totalement. (Jn14, 26)

 

Seigneur mon Dieu. Ma prière vient de très loin.

Comme un encens devant Toi

Que ma prière s'élève.

Comme un enfant en Toi

Que ma prière s'éveille

Qu'elle s'émerveille.

Elle vient de bien loin.

Elle a traversé les nuages et les nuées.

Les galaxies et leurs mystères.

Les espaces interstellaires.

Elle a pérégriné dans les déserts de nos peines.

Elle a bu l'amertume de nos révoltes.

Elle a travaillé de jour et de nuit de longue haleine.

Elle s'est heurtée au Roc du Doute

Mais elle a poursuivi sa Route.

 

Comme un encens devant Toi

Que ma prière s'élève.

Elle est pleine des tourments des autres

Elle est tombée dans le ravin de la mort.

Mais elle est ressuscitée, ma prière.

Car elle est d'ascendance Espérance.

Car elle est fille des Prophétesses.

Car elle est un bel enfantement

Car elle est un recommencement.

Dans la force du Souffle Pur

Dans la grâce de l’Écriture

 

La Source Pure.

En elle ma prière

Est Réconfort et Consolation

Élévation et communion.

Que ma prière s'élève devant Toi

Que ma prière s'éveille en Toi

Car ma prière c'est Toi

Seigneur mon Dieu.

 

Père Jean-Parfait CAKPO

 

Tag(s) : #Edito du mois

Partager cet article

Repost 0